‹ Retour

Quelle est la conduite à tenir si votre cheval fait des coliques ?

Le terme « colique » regroupe différents symptômes mais désigne spécifiquement une douleur d’origine abdominale chez le cheval. Les causes sont multiples, le plus fréquemment d’origine digestive.

Cette affection est la cause du plus grand nombre de décès chez le Cheval. Cependant, seuls 10% des cas nécessitent un recours à la chirurgie ou sont fatals. La plupart rétrocèdent spontanément ou grâce à un simple traitement médical.

 

Comment reconnaitre une colique ?

Un cheval qui présente de l’abattement, reste plus couché que la normale, refuse de manger, se regarde les flancs, gratte, se roule de façon violente et/ou répétée, présente des signes couramment évocateurs de colique. En règle générale, l’intensité des symptômes est proportionnelle à l’intensité de la douleur.

 

Que faire dans l’immédiat ?

En cas de d’inconfort abdominal modéré, les coliques peuvent être traitées de manière conservative dans un premier temps. Retirez tout accès à la nourriture (ou mettez un panier de jeune) et faites marcher votre cheval en main. Si vous en avez les compétences vous pouvez injecter un antalgique simple comme la noramidopyrine (Calmagine) par voie intra veineuse. Contacter votre vétérinaire pour les prescriptions nécessaires à la détention de ce médicament. Attention, d’autres substances peuvent masquer de façon prolongée les signes de douleur et ainsi retarder le diagnostic et une éventuelle prise en charge chirurgicale.

En cas de persistance des coliques ou en cas de doute, contactez votre vétérinaire car le succès du traitement médical est conditionné par la précocité de la mise en œuvre.

En cas de coliques violentes, de sudation, de ballonnement, contactez votre vétérinaire immédiatement!