01 45 69 65 39

24h/247j/7

Les changements trop rapides et les déséquilibres dans la ration peuvent être en cause dans certains cas de coliques. Lorsque le cheval ingère de trop grandes quantités de céréales les capacités d’absorption de l’intestin sont dépassées ce qui entraine un passage de sucres complexes (amidon principalement) dans le colon et perturbent l’équilibre de la flore bactérienne locale. Des bactéries productrices d’acide lactique peuvent alors proliférer et entrainer de la diarrhée. Des fermentations perturbées favorisent la production excessive de gaz avec pour conséquence des distensions et déplacements de colon.

Sur les chevaux sensibles, il est recommandé de:

  • Réduire la quantité de céréales, préférer les floconnés plus digestibles ou choisir des concentrés à faible teneur en amidon.
  • Fractionner la ration en plusieurs repas équivalents (au moins 3 par jour).
  • Fournir une bonne quantité de fourrage à chaque repas pour assurer le fonctionnement normal du colon.
  • Le cheval doit être correctement déparasité.

D’autres formes de coliques, tels que la constipation et les coliques de sable peuvent être favorisées par le manque de fourrages car le cheval s’ennuie et essaie de manger sa literie ou du sable.

Par ailleurs, un suivi de dentisterie est indispensable pour que la mastication soit efficace et les fibres bien coupées et humidifiées en arrivant dans le système digestif. En effet, le cheval en box mastique beaucoup moins que lorsqu’il est à l’herbe et les dents s’usent moins bien qu’à l’état sauvage. Or, les tables dentaires du cheval ne sont pas horizontales et des « surdents » peuvent alors se former rapidement sur les bords des molaires.

Sur le même thème