Pathologies tendineuses et ligamentaires
‹ Retour

Pathologies tendineuses et ligamentaires

Physiothérapie et réhabilitation fonctionelle:

Laser (Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation)

La thérapie laser est une thérapie physique qui utilise la lumière (onde lumineuse amplifiée) afin d’augmenter et accélérer les processus de guérison physiologique du corps. L’objectif de l’absorption de l’énergie lumineuse est d’obtenir un effet sur les tissus tel que l’eau la mélanine et l’hémoglobine.

Le Laser est un moyen efficace de prise en charge de la douleur fondée sur la biochimie cellulaire et non sur la pharmacopée.

 

 

 

Il a des actions antalgique, anti-inflammatoire, anti-oedémateuse et cicatrisante, la spécificité de ces effets sera définie par la longueur d’onde, le dosage et la modalité d’émission.
Il peut être utilisé chez le cheval sur les plaies, les oedèmes, les tendinopathies, l’arthrose et les dorsalgies.

En cas d’inflammation marquée les séances peuvent être répétées tous les 2 jours, en particulier sur les tendinopathies. Il permet aussi de gérer les dorsalgies en espaçant les séances jusqu’à tous les 3 mois environ.


TECAR thérapie (Transfert Electrical Capacitive And Resistive)

L’utilisation d’un courant alternatif à haute fréquence (0,3-0,5 MHz) agit sur la perméabilité membranaire. Il induit une augmentation des échanges intra et extra cellulaires et un effet diathermique (réaction sur les tissus).

Il augmente les possibilités de récupération des tissus par un effet de « drainage » cellulaire ce qui a un réel intérêt dans la préparation et récupération musculaire. On l’utilise en particulier sur le dos en post-effort.

On l’utilise aussi pour le traitement des affections inflammatoires de type desmopathie, tendinopathie, œdème locaux.

 

Par son action d’augmentation du métabolisme cellulaire il a aussi une action sur la cicatrisation tissulaire.

Il a une action anti-douleur par son interférence synaptique au niveau des nocicepteurs. Il perturbe le flux nerveux ce qui provoque une antalgie immédiate et par la sécrétion d’endorphine il provoque une antalgie durable.