‹ Retour

Chirurgie de castration/stérilisation

VOUS SOUHAITEZ CASTRER VOTRE CHEVAL ? LA CLINIQUE DE GROSBOIS VOUS PROPOSE DES SOLUTIONS ADAPTÉES À SES BESOINS.

La castration est un acte chirurgical irréversible qui consiste en l’ablation des testicules. Elle peut être réalisée à tout âge. Les modifications ultérieures du comportement de votre cheval vis-à-vis des autres chevaux ou de l’homme seront variables. La castration n’est pas un acte anodin, cette chirurgie comporte des risques et des complications dont certaines peuvent mettre la vie de votre cheval en danger. Indépendamment de la technique choisie, les principales complications possibles sont :

  • Un œdème du fourreau
  • Une infection des plaies
  • Une hémorragie au niveau du site de castration
  • Une hernie ou une éviscération

Afin de castrer votre cheval, vous avez le choix à ce jour entre quatre techniques différentes :

 

Comment choisir la technique la plus adaptée à votre cheval ?

Le choix de la technique dépend de nombreux facteurs dont l’âge de votre cheval, son caractère et sa docilité, sa taille, son appartenance ou non à une population considérée comme étant à risque (trotteurs, selles-français de grand gabarit, chevaux ibériques). Il faut également prendre en compte le type de soin post-opératoires, la durée de convalescence souhaitée et l’investissement financier que vous êtes prêt à supporter. Enfin, votre choix pourra être aiguillé par votre vétérinaire en fonction de l’examen préopératoire et génital de votre cheval.

Quels sont les avantages et les inconvénients de chacune des techniques ?

  1. La castration scrotale debout

Les avantages de cette technique sont l’absence d’anesthésie générale, une équipe chirurgicale restreinte et par conséquent un moindre cout. En ce qui concerne les risques, les plus importants d’entre eux sont les hémorragies, l’éviscération, les infections et l’apparition adhérences au niveau du cordon testiculaire. Cette technique n’est pas recommandée pour les chevaux de plus de 3 ans en raison du risque d’éventration lié à la taille de leurs anneaux inguinaux. Après l’opération, si la cicatrisation des plaies est favorable, la reprise du travail peut avoir lieu au bout de trois à quatre semaines.

  1. La castration scrotale couchée

Les avantages de cette technique sont liés à une meilleure contention du cheval ainsi qu’à une plus grande sécurité en comparaison avec la castration scrotale réalisée debout. Cela permet la mise en place de sutures, réduisant le risque hémorragique et le risque d’éviscération. Concernant les autres risques, ils sont similaires à ceux évoqués précédemment. A ceux-ci s’ajoutent ceux d’une anesthésie générale et au réveil. Comme précédemment, cette technique n’est pas recommandée pour les chevaux âgés en raison du risque d’éventration lié à la taille de leurs testicules. Après l’opération, si la cicatrisation des plaies est favorable, la reprise du travail peut avoir lieu au bout de trois à quatre semaines.

  1. La castration inguinale

En comparaison avec les techniques mentionnées antérieurement, les risques associés à la castration sont très diminués, notamment en ce qui concerne les risques d’éventration, d’œdème, d’infection ou de saignements. La convalescence pourra également être plus courte (deux semaines). Néanmoins, il existe des risques liés à l’anesthésie générale et au réveil. Cette technique chirurgicale pratiquée au bloc opératoire induit un coût plus élevé. Après l’opération, si la cicatrisation des plaies est favorable, la reprise du travail peut avoir lieu au bout de deux semaines.

  1. La castration debout sous cœlioscopie

Le cordon testiculaire et sa vascularisation sont ligaturés à travers des incisions réalisées dans le flanc sous laparoscopie sur un cheval debout et les testicules sont laissés en place et s’atrophient en quelques mois. Cette technique chirurgicale nécessite un matériel important, ainsi qu’une équipe plus nombreuse que les techniques précédentes, par conséquent, son coût est plus élevé. Cette technique est indiquée en cas de contre indication d’anesthésie générale ou pour les chevaux cryptorchides. Suite à cette intervention, le cheval sera totalement stérile mais une revascularisation partielle du testicule entraînant une faible sécrétion de testostérone et la persistance d’un caractère mâle peut survenir.

Prise de rendez-vous…

Lors de la prise de rendez-vous, vous devrez mentionner quelle technique chirurgicale vous désirez. Une fois le rendez-vous confirmé, un formulaire de consentement pour l’anesthésie générale et la chirurgie vous sera envoyé par mail. Il est important de nous retourner les deux exemplaires signés au plus tard le jour de votre arrivée à la clinique avec votre cheval.

Afin que l’opération se passe dans les meilleures conditions, nous vous recommandons de veiller au préalable à ce que votre cheval soit :

  • A jour dans ses vermifuges et ses vaccinations (en particulier pour le Tétanos).
  • Qu’il ait reçu une ration de « repos » depuis une semaine
  • Qu’il soit déferré, afin qu’il ne se blesse pas au réveil de la chirurgie.

Le jour avant l’opération…

Vous devrez amener votre cheval à la clinique et vous présenter au secrétariat en possession des formulaires de consentement signés, de son livret de santé ainsi que d’un chèque de caution.

Une fois à la clinique….

Après avoir vérifié l’identité de votre cheval, il sera pesé et nous réaliserons un examen physique général ainsi qu’un bilan sanguin préopératoire. Douze heures avant la chirurgie, votre cheval sera mis à jeun afin de diminuer les risques anesthésiques.

L’opération…

La castration inguinale

Une fois le cheval placé sur la table du bloc opératoire, le site chirurgical est préparé et drapé de manière stérile. Afin de retirer les deux testicules, le chirurgien réalise deux incisions en région inguinale.

Une fois les deux testicules retirés, une ligature est mise en place sur les cordons puis le site est suturée en trois plans (profond, tissu sous cutanée et la peau).

La castration scrotale couchée

Une fois le cheval couché dans box de couchage, le site chirurgical est préparé et drapé. Afin de retirer les deux testicules, le chirurgien réalise deux incisions en région scrotale.

 

Une fois les deux testicules émasculés, une ligature est placée sur chaque cordon testiculaire. Les plaies en sont pas suturées.

 

La castration scrotale debout

Pour cette technique, le cheval doit être parfaitement abordable, et en particulier il devra accepter facilement la palpation en région scrotale. Les étapes de la chirurgie, ainsi que les plaies sont similaires à celles mentionnées antérieurement pour la castration scrotale couchée, généralement sans mise en place de suture.

La castration sous cœlioscopie

Le cheval est sédaté et placé dans le travail de contention. Deux incisions sont réalisées au niveau du flanc afin d’introduire les instruments de laparoscopie.

Les cordons testiculaires sont cautérisés et coupés à l’aide du Ligasure puis les plaies de laparoscopie sont suturées.

Et si mon cheval est cryptorchide?

Un cheval cryptorchide (PIF) est un cheval dont l’un ou les deux testicules ne sont pas palpables. Dans ce cas il faudra prévoir une échographie à la clinique la veille de l’intervention afin de déterminer si le testicule est dans le canal inguinal, ou s’il est dans l’abdomen. Dans le cas où le testicule est dans le canal inguinal, il pourra être retiré par castration inguinale sous anesthésie générale au bloc opératoire. En revanche, s’il est abdominal, il faudra opérer sous cœlioscopie. Si le second testicule est quant à lui en position scrotale, il pourra être opéré par la même technique ou par voie inguinale sous anesthésie générale.